Ordre des Charadriiformes

Famille des Alcidés

Macareux moine                                                                       Photographie Pascale Colin


 Guillemot de Troïl  Uria aalge  Nicheur rare  Migrateur  Hivernant
 Guillemot de Brünnich  Uria lomvia      Hivernant occasionnel
 Pingouin torda  Alca torda  Nicheur rare  Migrateur  Hivernant
 Guillemot à miroir  Cepphus grylle      Hivernant occasionnel
 Mergule nain  Alle alle    Migrateur rare  Hivernant rare
 Macareux moine  Fratercula arctica  Nicheur rare  Migrateur  Hivernant


21 espèces dans le monde


La famille des alcidés, qui appartient à l’ordre des Charadriiformes, comprend les pingouins Alca, les guillemots Uria et les macareux Fratercula. Tous fréquentent les mers arctiques ou tempérées froides de l’hémisphère Nord. Ils vivent de poissons ou animalcules marins capturés en plongée. Les alcidés sont des oiseaux pélagiques noir et blanc pourvus d’une queue courte et d’ailes étroites. En raison des dimensions réduites de leurs ailes, le décollage est parfois laborieux et elles sont agitées très rapidement en vol. Leurs ailes sont utilisées aussi pour nager sous l’eau et ils ont aussi les pieds palmés. Ils vivent en haute mer et ne gagnent le littoral que pour nicher. Ordinairement silencieux, sauf sur les falaises où ils nichent en colonies parfois considérables. Le plumage d’hiver diffère du plumage d’été. Mâle et femelle sont semblables. Les jeunes ressemblent généralement aux adultes. De près, l’identification des Alcidés est facile. L’hiver, en mer, elle est beaucoup plus difficile car ils sont noirs dessus et blancs dessous.

Ponte : 1-2 œufs.



• Les pingouins

Le pingouin proprement dit ou petit pingouin (par opposition avec le grand pingouin, aujourd’hui disparu) n’atteint pas plus de 0,40 m de long. Il se reproduit sur les côtes de l’Europe et de l’Amérique du Nord. Pendant la saison froide, une des espèces de pingouins, le pingouin torda Alca torda migre du pôle Nord jusqu’aux côtes méditerranéennes. En France, il niche seulement en quelques points des côtes bretonnes, sur les falaises rocheuses, où il est devenu très rare, et pond un œuf unique. Oiseau marin, le pingouin ne doit pas être confondu avec le manchot, qui à lui seul constitue l’ordre des sphénisciformes. Le manchot, il est vrai, ressemble beaucoup au pingouin par sa livrée noir et blanc, le peu d’envergure de ses ailes, et par son attitude verticale (qui est due à l’insertion très en arrière de ses pattes). Excellent nageur et plongeur, le pingouin peut rester de 30 à 60 secondes sous l’eau, en utilisant ses ailes courtes comme des nageoires. Malgré la faible envergure de ses ailes (par rapport aux autres oiseaux de mer), le pingouin vole rapidement au ras de l’eau.

Chez les pingouins, le mâle est assez paresseux et le rôle des deux sexes est interchangeable dans le jeune âge ; ce n’est que plus tard que mâles et femelles assument pleinement leur rôle. Les petits sont alors l’objet de soins vigilants de la part des deux parents. On observe qu’ils sont peu farouches et faciles à apprivoiser.

Le grand pingouin, Pinguinus impennis, incapable de voler, a été exterminé par les chasseurs au XIXe siècle, aujourd’hui il a totalement disparu. Le grand pingouin atteignait plus de 75 cm. C’est lui que les profanes confondaient souvent avec le manchot. Il nichait sur les îles de l’Atlantique Nord, près de Terre-Neuve, de l’Islande, dans l’archipel britannique et en Scandinavie. Cet oiseau, aussi agile sur l’eau que maladroit sur la terre ferme, fut exterminé par les navigateurs qui débarquaient autrefois sur les îles où il se reproduisait et qui s’en nourrissaient. Des milliers furent ainsi massacrés et l’espèce se raréfia progressivement jusqu’au 3 juin 1844 où le dernier couple fut abattu, sur une île proche de l’Islande.


• Les macareux

Plus petit et de posture beaucoup moins dressée, le macareux moine (Fratercula arctica) se caractérise par un bec très large dans le sens de la hauteur, qui subit des mues comme le plumage. Ce bec est couvert de stries, avec les couleurs les plus vives et les plus tranchées, qui font nommer le macareux perroquet de mer. Long d’une trentaine de centimètres, cet oiseau est répandu sur les côtes de l’Atlantique Nord. En France, il niche en plusieurs points de la côte bretonne, choisissant les espaces herbeux ; réunis en colonies, les macareux pondent un seul œuf en mai, dans un terrier qu’ils ont eux-mêmes creusé ou qui a été abandonné par des lapins.

• Les guillemots

Le guillemot, au plumage brun noirâtre et au ventre blanc, se distingue du pingouin par un bec effilé. En France, une des espèces de guillemots, le guillemot de Troïl (Uria aalge) se rencontre sur les falaises des côtes de la Manche.


Le monde de l'ornithologie
Ornithologie et formation


L'oiseau libre | Annuaire | Album | Oiseaux d'Europe | Refuges pour oiseaux | Condition animale | Partenaires | Cr?dits photographiques | Infos site