Mésange charbonnière


Nom scientifique : Parus major
Famille : paridés
Taille : 14 cm


Aspect

Presque aussi grande qu'un moineau domestique, c'est la plus grande des mésanges d'Europe. On la reconnaît essentiellement à sa tête noire contrastant avec des joues blanches et à son ventre jaune orné d'une raie médiane noire. Chez les mâles, cette raie se prolonge jusqu'à la queue. Chez la femelle, cette raie est plus terne et plus fine et s'arrête sur l'abdomen. Sachant cela, vous constaterez qu'il y a plus de mâles sur les mangeoires. Le dessus est vert olive, tirant vers le bleu sur les ailes et la queue et une petite barre blanche sur les ailes. Les petits donnent l'impression d'être plus ramassés, avec des joues jaunes.

Photographie : Paul-René Meffre

Comportement

Très commune dans les jardins, la mésange charbonnière est plus grande et moins agile que les autres mésanges. C'est un oiseau agressif, qui dominera souvent ses cousins plus petits près des mangeoires

À la mangeoire, il est possible d'observer les différents comportements de la mésange charbonnière : généralement un premier individu s'approche, se repère rapidement, picore furtivement une graine puis disparaît aussitôt. À peine une mésange charbonnière a-t-elle abordé la mangeoire qu'une autre se pose aussitôt pour s'emparer d'une graine. Dès que deux charbonnières se retrouvent ensemble sur la mangeoire, l'individu dominé disparaît au profit du dominant; en général, les mâles dominants apparaissent et se servent avant les femelles.

On peut observer facilement le comportement adopté par une mésange charbonnière avec la graine dont elle s'est emparée : tout d'abord elle s'envole vers une branche. Elle cale ensuite la graine entre ses doigts et commence à marteler de puissants coups de bec jusqu'à ce qu'elle perce un petit trou dans la coque.

Si une mangeoire se trouve dans le territoire d'un mâle, celui-ci houspillera les autres charbonnières, qui pourront manger à condition de ne pas avoir d'autres prétentions.

Moins agile que les autres mésanges, elle passe beaucoup de temps par terre.

Photographie PR Meffre

Habitat

La mésange charbonnière est à l'origine une espèce des régions boisées, mais elle s'est rapidement adaptée à la vie des jardins, se reproduisant facilement dans les nichoirs artificiels.

La mésange charbonnière se rencontre toute l'année dans le jardin; on la rencontre même au centre des grandes villes pour autant qu'elle y trouve quelques arbres ou arbustes. C'est dans les parcs et les bosquets mixtes qu'elle atteint les plus grandes densités. Elle est en revanche plus rare dans les bois de conifères plus touffus. L'hiver certaines de celles qui vivent en zones rurales partent à la recherche de nourriture vers les jardins.

Aire de répartition


Légende de la carte

Reproduction

Période de nidification : avril-juillet.
Nombre de couvaisons : Une à deux couvées.
Nombre d'œufs : 5-12 œufs.
Incubation : 13-14 jours.

Nid : Situé dans des cavités et les anfractuosités des arbres et des murs. Dans un jardin, où les cavités naturelles sont rares, elles utilisent volontiers les nichoirs clos. Si les sites naturels ne sont pas disponibles, il lui arrive de "squatter" les boîtes aux lettres, les pots de fleurs, les ruches ou n'importe quel trou.

Type de nichoir : Nichoir de type fermé. Le trou d'envol mesure 30 mm ou un peu plus. Profondeur intérieure: au moins 127 mm entre le trou et le plancher. Plancher: au moins 100 x 100 mm. Les mésanges charbonnières sont les adeptes les plus enthousiastes des nichoirs, suivies de près par les mésanges bleues. Il n'est pas rare qu'elles occupent le même nichoir. La mésange charbonnière accapare alors le nid de la mésange bleue, recouvrant les œufs de cette dernière d'une nouvelle garniture et ne couvant que ses propres œufs (les couvées mixtes ne sont pas exclues). Les nichoirs destinés aux mésanges connaissent un franc succès, même dans les régions boisées où les impératifs de la gestion forestière ne tolèrent pas la présence de vieux arbres. Il en résulte une forte concurrence pour la possession des sites propices. Les cavités naturelles étant plus rares dans les jardins que dans les bois, les nichoirs peuvent être occupés par certaines mésanges qui ont fréquenté une mangeoire en hiver.

Envol : 18-20 jours.
Taux de survie :

Migration

Sédentaire. Présente partout. C'est la mésange la plus commune de nos pays.

Voix

À la fin de l'hiver et en fonction du radoucissement de la température, les couples de mésanges charbonnières se forment et ces oiseaux deviennent alors sensiblement plus bruyants. Les mâles chantent non seulement pour trouver une compagne, mais aussi pour défendre leur territoire. La mésange adulte a l'un des répertoires les plus variés parmi les petits passereaux. Les mésanges reconnaissent immédiatement les chants de leurs congénères qui pourraient menacer leur territoire. Aussi elles ne réagissent pas lorsqu'ils sont émis par les voisines dont elles ont admis la présence. La mésange charbonnière imite souvent le cri des autres mésanges bleues, noires et nonnettes.

Photographie Guy Bourderionnet - album.oiseau-libre.net

Nourriture naturelle

Chasse les insectes, les vers, les petits escargots et les araignées dans les arbres et les haies. Mange des fruits, des pois, des noix et des graines. Elle cause des dégâts aux bourgeons, mais on estime qu'un couple de mésanges charbonnières peut détruire 7 000 à 8 000 insectes pour nourrir ses petits, surtout des chenilles, en quelque trois semaines. Batailleuse, elle n'hésite pas à s'attaquer aux abeilles dont elle se nourrit volontiers.

Elles ont un bec fin mais ne dédaignent pas les noisettes en hiver, malgré leur dure écorce. On reconnaît le trou rond caractéristique qu'elles font aux noisettes afin de pouvoir en manger l'intérieur.

Mangeoires

Visiteur régulier des mangeoires, pour les déchets de cuisine, la viande, le suif, les cacahuètes et les graines de tournesol et de chanvre (chènevis), les noix, les noisettes et les boules de graisse. Elle apprécie la noix de coco et le fromage.

 
Album de l'oiseau libre
 
Album du paléarctique
 

Dernière mise à jour : 23/06/09


Le monde de l'ornithologie
Ornithologie et formation


Cartes et dessins d'oiseaux d'après : Les oiseaux d'Europe - Ed Delachaux et Niestlé

L'oiseau libre | Annuaire | Album | Oiseaux d'Europe | Refuges pour oiseaux | Condition animale | Partenaires | Crédits photographiques | Infos site