Bondrée apivore



Nom scientifique : Pernis apivorus
Famille : accipitridés
Taille : 52-60 cm
Envergure : 113-135 cm
Poids : 600-1100 grammes
Âge maximum : 29 ans
Taux de survie : ? %


Aspect

Souvent confondue de loin avec la Buse variable en raison de ses dimensions et de sa coloration, la Bondrée apivore est cependant un rapace légèrement peu plus grand. Elle se différencie de la Buse variable par une tête et un bec plus petits, un cou plus long. Sa queue est plus longue que celle de la Buse. Contrairement à celle de la buse variable qui porte 8 à 12 bandes transversales sombres et étroites, la queue de la Bondrée ne comporte que trois bandes bien distinctes. En outre, la bande terminale située à l'extrémité de la queue est séparée des deux autres par une plus large bande claire. En vol, ses ailes sont plus longues et plus étroites et plus pointues que celles de la Buse. Elles sont couvertes de rayures sur le dessous. Son plumage est de coloration variable. Le dessus est brun foncé à gris-brun et le dessous du corps est presque blanc ou presque entièrement brun foncé. Sa tête est tête en grande partie gris bleuté. Le plumage des jeunes est bien plus semblable à celui de la Buse variable.

Photographie Freddy Schaeffer                                              freddy.schaeffer@orange.fr

Comportement

Lorsqu'elle plane, la Bondrée apivore tient les ailes légèrement inclinées vers le bas à l'inverse de la Buse variable qui plane les ailes levées. Durant la migration, elle plane souvent en groupes lâches de plusieurs dizaines ou centaines d'oiseaux. Elle se mêle souvent à la Buse variable lors des migrations. Au printemps, elle décrit des cercles dans le ciel en criant comme la Buse.

La Bondrée apivore cherche sa nourriture en terrain découvert en volant à faible hauteur ou à terre. Elle gratte le sol pour déterrer les nids de guêpes et bourdons à l'aide de son bec et de ses pattes puissantes pourvues d'écailles épaisses et de griffes robustes, mais peu courbées.

Habitat

La Bondrée apivore niche au cœur de grands massifs forestiers de feuillus et de conifères et non en périphérie comme la buse. On la rencontre dans les forêts de grands arbres avec des clairières, des coupes ou de larges chemins Elle chasse aussi dans les prairies, les friches, sur les talus herbeux, mais évite les vastes étendues uniformes de terres cultivées. Elle est présente en plaine et jusqu'à 1 500 mètres d'altitude. Durant la migration, elle se contente d'habitats plus diversifiés. Sa densité est assez faible : un couple chasse sur environ 10 km carrés, parfois sur 30 km carrés.

Aire de répartition

Espèce à la répartition étendue mais localisée, la Bondrée apivore vit du Paléarctique occidental jusqu'à la Sibérie occidentale. Moins commune que la buse, elle est présente dans toute la France, sauf dans le pourtour méditerranéen et en Corse. Niche également en Belgique en Suisse et au Luxembourg.


Légende de la carte

Reproduction

Période de nidification : mai à juillet.
Nombre de couvaisons : une ponte.
Nombre d'œufs : normalement de 2 œufs blanc ou beige clair fortement taché de marron.
Incubation : 30-35 jours, femelle (mâle).

Nid : la Bondrée apivore construit son nid sur un gros arbre (généralement à feuilles caduques) entre 5 et 25 m, dans une enfourchure ou sur une branche, mais la Bondrée apivore utilise parfois un vieux nid de Corneille ou de Buse variable. Ce nid de dimensions variables (de 65 cm à 1 mètre de diamètre, 25 cm et plus en épaisseur), est bâti par le couple. Il est constitué de branches sèches auxquelles sont ajoutées périodiquement, durant l'élevage des jeunes, des branches garnis de feuillage frais. Le Mâle et la femelle se relayent pour couver et participent tous deux à l'élevage des jeunes.

Type de nichoir : sans.
Jeunes : nidicoles. Sur le nid, les adultes apportent aux jeunes des morceaux entiers de rayons de nid de guêpes ou de bourdons, que l'on voit ensuite au pied de l'arbre où est le nid.

Envol : 40-44 jours, mâle et femelle.
Emancipation : ?
Plumage juvénile : 6-12 mois.
Première nidification : ?


Photographie Guy Bourderionnet - album.oiseau-libre.net

Migration

Migratrice, la Bondrée arrive en Europe à partir de la mi-mai et repart dès la mi-août et jusqu'au début d'octobre. En troupe, elle regagne alors le Sahel et en Afrique du Sud-Ouest via le détroit de Gibraltar, la Sicile ou le Bosphore en profitant des courants d'air chaud ascendants pour planer longuement.

Voix

Silencieuse en dehors de la nidification. Cris semblables à ceux de la Buse, mais plus aiguës et aussi plus plaintifs. Cris trisyllabiques, lorsqu'elle plane en décrivant des cercles au-dessus de son territoire de nidification. Près du nid, on entend parfois un curieux son mécanique cliquetant rapidement.

Nourriture naturelle

Principalement des larves et des chrysalides de guêpes, d'abeilles et de bourdons. Les guêpes sont déterrées de leur nid. Au cours d'une saison de nidification, les Bondrées détruisent 100 à 140 nids de guêpes pour nourrir leurs petits. Elle se nourrit également d'autres insectes (Coléoptères, papillons, orthoptères), de grenouilles (rousse et verte), de reptiles (lézards, orvets), de micromammifères, de jeunes oiseaux pris au nid ou peu après l'envol. Elle mange aussi des fruits (prunes, cerises, baies d'arum) et des œufs.

Mangeoires

Ne les fréquentent pas.

Etat des populations

La disparition ou la modification des zones herbeuses où elle chasse (intensification de l'élevage, recolonisation forestière, etc.) lui est défavorable. Ses effectifs fluctuent aussi en fonction de l'abondance des insectes dont elle se nourrit, qui forment l'essentiel de son régime en été.

 
Album de l'oiseau libre
 
Album du paléarctique
Ultérieurement
 

Dernière mise à jour :
22/07/09


Le monde de l'ornithologie
Ornithologie et formation


Cartes et dessins d'oiseaux d'après : Les oiseaux d'Europe - Ed Delachaux et Niestlé

L'oiseau libre | Annuaire | Album | Oiseaux d'Europe | Refuges pour oiseaux | Condition animale | Partenaires | Crédits photographiques | Infos site