Buse variable



Nom scientifique : Buteo buteo
Famille : accipitridés
Taille : 51 à 57 cm
Envergure : 117-137 cm
Poids : Mâle de 750 à 1050 gr, femelle de 950 à 1300 grammes
Âge maximum : 25 ans
Taux de survie : 81 %


Aspect

C'est le plus grand des oiseaux de proie que l'on peut voir de manière régulière. Elle est le plus souvent aperçue en vol ou perché sur des piquets de clôture, et ne s'observe que rarement au sol. La buse variable présente un plumage à coloration variable : dessous du corps et tête presque tout blanc à brun foncé avec intermédiaires ; dessus brun foncé ou teinté de roussâtre. La coloration n'a rien à voir ni avec l'âge ni avec le sexe. Quand elle est perchée, son plumage apparaît très brun. Un gros plan permet de distinguer le bec crochu et les plumes entourant les pattes, qui sont caractéristiques des grands oiseaux de proie. Elle est reconnaissable au plumage brun de ses larges ailes (dessinant souvent un V) et à sa courte queue arrondie. En vol, les ailes, souvent largement déployées en éventail, paraissent plus longues que celles de la corneille et plus larges, ressemblant à celles de l'épervier et sa queue paraît relativement courte. À cette occasion, on notera sur la queue assez courte, plusieurs barres foncées étroites, la tête qui dépasse peu le bord antérieur des ailes, les ailes relevées quand l'oiseau est vu de face et tournoie.

Photographie René Hoff - Nature libre et sauvage

Comportement

La buse s'aperçoit généralement en vol, planant très haut au-dessus de la campagne, les ailes largement étendues, utilisant les courants d'air pour rester en l'air. On a plus de chance de l'apercevoir quand le temps est clair et chaud, à partir du milieu de la matinée. Comme chez d'autres rapaces, la population des buses est en augmentation, après une période de déclin due à l'emploi des pesticides. Ces dernières années, les buses ont commencé à quitter leur habitat traditionnel pour coloniser de nouvelles régions. En vol, elle émet souvent une sorte de « miaulement ». En migration, pratique souvent le vol à voile en groupes. Ses battements d'ailes sont relativement lents et son vol peu rapide. Elle est donc incapable de poursuivre un oiseau en vol, sauf sur une brève distance. La buse plane beaucoup, ailes et queue étalées, souvent entre 50 et 300-500 mètres de haut. Elle vole parfois sur place.

Elle niche en forêt et chasse surtout dans la campagne environnante. Le plus souvent, la buse variable chasse à l'affût, patiemment perchée sur un piquet de clôture, guettant la moindre souris, sa proie favorite. En hiver, on la voit plus souvent en bordure des routes : la neige y fond plus vite qu'ailleurs. Elle se nourrit volontiers des petits animaux victimes de la circulation. Elle chasse aussi en volant à 20-50 m de haut. Son terrain de chasse varie de 100 à 800 hectares. En hiver, elle peut attendre plusieurs heures jusqu'à ce qu'une proie passe à sa portée. Elle ouvre alors les ailes, tend les pattes et la tue avec ses serres, puis la dépèce avec le bec. Au printemps, certaines buses volent la nourriture apportée à leurs petits par l'Autour ou le Faucon pèlerin.

Habitat

Très répandue dans les régions boisées, les campagnes cultivées avec de grands espaces découverts (champs et prairies). Elle peut nicher jusqu'à 1 600 mètres d'altitude, mais rarement au-dessus de 800 mètres. En hiver, dans les landes, les plaines et les paysages découverts ; souvent en bordure des routes. Elle est rare dans les régions de grande culture où il n'y a que des bosquets composés d'arbres de faible hauteur et minces.

Aire de répartition

Se voit un peu partout en Europe. En France, sauf dans les régions de grandes cultures (ex. Beauce), dans les forêts denses et sur la côte méditerranéenne.


Légende de la carte

Reproduction

Période de nidification : avril à juillet.
Nombre de couvaisons : une couvée.
Nombre d'œufs : 1 à 4 œufs blancs plus ou moins tacheté de brun.
Incubation : 36 à 38 jours.

Nid : la buse variable construit habituellement une nouvelle aire chaque année. Le nid est placé dans un grand arbre en lisière de forêt ou dans les plus grands arbres d'une haie. Elle peut également nicher sur les falaises, parfois sur une corniche de rocher. Le nid est situé près du tronc ; il est constitué des branches sèches, tapissé de feuillage vert (aiguilles de pin ou feuilles de chêne, hêtre), de laine de mouton, d'herbes sèches. Un couple utilise plusieurs nids dans son territoire. C'est principalement la femelle qui couve, mais le mâle apporte la majeure partie des proies.

Type de nichoir : n'utilise pas les nichoirs.
Envol : 50 à 55 jours.
Emancipation :

Photographie Alain Fossé - Digimages.info

Migration

Migratrice partielle. Essentiellement sédentaire en France, mais erratisme de certains individus en automne-hiver. En hiver, de nombreuses buses originaires d'Europe centrale, orientale et septentrionale viennent dans l'ouest du continent. Cela explique que l'espèce soit toujours plus abondante et plus visible à cette saison.

Voix

Miaulement caractéristique émis en vol durant toute l'année « hièèh ».

Photographie Guy Bourderionnet - album.oiseau-libre.net

Nourriture naturelle

Petits animaux vivant au niveau du sol, d'une taille allant jusqu'à celle d'un jeune lapin. Principalement des micromammifères (campagnols), des lapins, des jeunes oiseaux pris au nid (merles, grives, geais). À défaut des grenouilles, des reptiles (couleuvres, vipères), des vers de terre et des insectes. Cet oiseau ne dédaigne pas les charognes. Quand il y a pullulation de campagnols des champs (Microtus arvalis), s'en nourrit presque exclusivement.

Photographie C.A. Vaucher - Batraciens-reptiles.com

Mangeoires

En cas de froid hivernal rigoureux ou de chutes de neige abondantes, les buses qui hivernent chez nous subissent de lourdes pertes ; on peut les aider en aménageant des espaces déblayés pour attirer les rongeurs et en plantant des perchoirs à proximité des granges afin de faciliter la chasse aux rongeurs. Il est également recommandé de déposer de gros morceaux de viande à leur intention. Elle ne visite quasiment jamais les jardins.

Photographie : Nourrissage hivernal de Buse variable

Etat des populations

Les rapaces sont intégralement protégés mais de nombreuses buses variables et autres faucons sont blessés à la chasse. De nombreux rapaces retrouvés morts et passés à la radiographie, ont le corps criblé de plombs.

 
Album de l'oiseau libre
 
Album du paléarctique
 

Dernière mise à jour : 23/06/09


Le monde de l'ornithologie
Ornithologie et formation


Cartes et dessins d'oiseaux d'après : Les oiseaux d'Europe - Ed Delachaux et Niestlé

L'oiseau libre | Annuaire | Album | Oiseaux d'Europe | Refuges pour oiseaux | Condition animale | Partenaires | Crédits photographiques | Infos site