Chevalier culblanc



Nom scientifique : Tringa ochropus
Famille : scolopacidés
Taille : 21-24 cm.
Envergure : 41-46 cm
Poids : 70-90 gramme
Âge maximum : 10 ans
Taux de survie : ? %


Aspect

Le Chevalier culblanc a un dessus brun olive foncé moucheté de blanc. Sa tête, son cou et sa poitrine sont rayés de brun gris et son ventre est blanc pur. Il porte un demi-sourcil et un mince cercle orbital blancs. Il possède un court bec grisâtre à pointe sombre et de courtes pattes verdâtres. L’extrémité de sa queue porte seulement quelques barres noires très larges et serrées, ce qui la fait paraître toute noire. Les deux sexes sont identiques. L’adulte internuptial a la poitrine et le dessus presque uniformément sombres.

En vol, assez reconnaissable : ailes noirâtres, larges, croupion et ventre blanc ; battements saccadés rappelant une bécassine. En vol, le contraste entre le dessous noir des ailes et le ventre blanc est un critère d’identification.

Confusion surtout possible avec le Chevalier sylvain mais un peu plus grand et allongé que le Chevalier sylvain, avec jambes plus courtes en proportion et dessus plus sombre, dessous des ailes plus foncées.

Photographie Yvonnik Lhomer - Ypix.org

Comportement

Comme d’autres chevaliers du genre Tringa, cet oiseau est souvent observé seul ou en petit nombre. Il ne forme pas de groupes compacts ni de grands groupes. Il est souvent observé à l’abri d’une berge ou dans l’ombre. Il hoche nerveusement la tête et a souvent la queue en alerte. Voir de près un Chevalier culblanc sans affût n’est guère facile car l’espèce est farouche et il est souvent repéré seulement à l’envol. Souvent, un ou deux s’envolent d’une mare ct y reviennent bientôt, à moins qu’ils ne disparaissent au loin.

Habitat

Comme les bécassines, le chevalier culblanc est un oiseau d’eau douce qui apprécie beaucoup les rivages d’eau douce sur les rives des étangs fangeux et les marais envahis de végétation. Recherche davantage la végétation que les autres chevaliers. Il évite les endroits découverts et aussi les sols trop fermes, qu’il ne peut fouiller de son bec, comme le fait le chevalier guignette. Niche dans les forêts marécageuses. Présent rarement bord de la mer, même si au cours de leur migration, quelques individus peuvent atteindre le littoral, pour y rechercher un petit ruisseau ou une mare.

Aire de répartition

Niche dans le Nord et Nord-Est de l’Europe. Hiverne au nord-ouest de l’Europe, dans les savanes africaines, et de la Turquie à la Chine.


Légende de la carte

Reproduction

• Période de nidification : mai-juillet.
• Nombre de couvaisons : une ponte.
• Nombre d'œufs : quatre œufs beiges tachés de gris et de brun foncé.
• Incubation : couvés principalement par la femelle pendant trois semaines.

• Nid : niche dans les forêts marécageuses, souvent dans un vieux nid de grive ou de pigeon sur un arbre bas.

• Jeunes : les jeunes, élevés surtout par le mâle, passent peu de temps au nid. Nidifuges, ils sautent de l’arbre.
• Envol : 28 jours, mâle et femelle, mais la femelle peut partir avant que la croissance des jeunes soit achevée.
• Emancipation : après 28 jours.
• Plumage juvénile : 3 mois.
• Première nidification : un an.

Photographie Aurelien Audevard : Digiscoping Ouessant


Migration

Migrateur et hivernant. Hiverne parfois en Europe occidentale, mais principalement en Afrique tropicale et en Asie Visible à peu près partout en migration, de mars à mai et de juillet à octobre. Les oiseaux qui sont observés à la fin du printemps et au début de l’été sont simplement des estivants non nicheurs, cas fréquent chez les oiseaux de la famille des Limicoles. Les femelles commencent à migrer dès début juin, les mâles un peu après, les juvéniles en juillet-août ; retour de mars à mai.

Voix

Cri de contact : sifflement vif et clair « plutt-vitt-vitt », la première syllabe montante, les deux autres plus élevées. Cri d’inquiétude : « tlip-tlip-tlip » brusque. Chant en vol nuptial plus complexe que celui du Chevalier sylvain.

Nourriture naturelle

Insectes, crustacés, araignées, mollusques, vers annélides.

Etat des populations

Statut : Espèce non menacée.

Photographie - Philppe Bolle Photographe Nature

 
Album de l'oiseau libre
 
Album du paléarctique
 

Dernière mise à jour : 18/06/09


Le monde de l'ornithologie
Ornithologie et formation


Cartes et dessins d'oiseaux d'après : Les oiseaux d'Europe - Ed Delachaux et Niestlé

L'oiseau libre | Annuaire | Album | Oiseaux d'Europe | Refuges pour oiseaux | Condition animale | Partenaires | Crédits photographiques | Infos site